Skip to content Skip to left sidebar Skip to footer

Author: Administration_quincay

Quel accueil réservons-nous aux hirondelles, ambassadrices du printemps ?

Les hirondelles nous ont quitté en septembre. Elles ont traversé la Méditerranée puis le désert saharien pour hiverner en Afrique équatoriale (Cameroun, Congo, Gabon, Centrafrique). Elles reviennent par le même chemin migratoire (6 000 Km) à partir du mois de mars.

Pour les survivantes à cette migration, retrouver leur colonie dans des bâtiments (Hirondelle rustique) ou sous les toits (Hirondelle de fenêtre) est un gain d’énergie pour, après avoir consolidé le nid en 3 jours (au lieu de 10 j. pour la construction complète), pondre 4 à 5 œufs. Cette 1ère nichée bénéficiera de plus d’insectes et les jeunes auront plus le temps de s’entraîner au vol pour affronter les difficultés de la migration : 300 km/jour avec les aléas météo, passage de cols, raréfaction des dortoirs (roselières) et des zones humides (riches en insectes), où elles refont le plein d’énergie et avoir toutes les chances d’assurer une nouvelle descendance.

Mais vont-elles retrouver leur nid ?

Deux raisons sont invoquées pour se débarrasser des nids d’hirondelles :            

-Les salissures provoquées par les fientes ;

-L’insécurité qu’implique de laisser ouvert un garage, une grange …

Des solutions simples et peu coûteuses existent :

 – Poser une planchette anti salissures à 40 cm à l’aplomb du nid.

 – Pratiquer une ouverture de 15 x 5 cm en haut d’une porte ou dans une vitre.

Pensez également à entreprendre vos travaux de rénovation de bâtiments de septembre à mars, et, pour les faire revenir, installez des nids artificiels !

En échange, vous profiterez de leur service insecticide ! Une hirondelle adulte capture près de 7 000 proies /jour pour nourrir ses poussins, dont une grande partie est composée d’insectes qualifiés de nuisibles (mouches, moustiques) !

Ces destructions s’ajoutent à l’altération de leurs habitats : l’élevage tend à se pratiquer hors sol, entraînant la disparition des haies, des friches et des prairies, lesquelles sont remplacées par des champs traités aux insecticides (d’où moins d’insectes).


Leur déclin en France est alarmant : entre 1989 et 2009, les effectifs d’Hirondelles de fenêtre et rustiques ont chuté respectivement de 40% et 36 % et ceux du Martinet noir de 6 %.

Or, toutes les espèces d’hirondelles et de martinets sont protégées par le Code de l’environnement et l’arrêté ministériel du 29 octobre 2009. Il est ainsi interdit de porter atteinte aux individus mais également à leurs nids et à leurs couvées (œufs ou poussins).

Nous avons la chance d’habiter dans une commune où les hirondelles sont encore présentes.

Il serait intéressant de faire l’inventaire de leur population et de répondre aux questions suivantes :

  • Quel est le hameau de Quinçay le plus riche en hirondelles ? combien de colonies ?
  • Quelle est l’habitation la plus accueillante ? Combien de nids ? Combien de jeunes à l’envol ?
  • Comment leur population évolue- t’elle d’une année sur l’autre ?

Vous avez le privilège d’accueillir des hirondelles dans votre habitation (Lorrains et Suisses y voient un porte-bonheur), alors participez à cette enquête !

 La démarche est simple : Contactez l’un des membres de la commission environnement (mail ou téléphone). Il déposera dans votre boîte aux lettres une fiche à compléter et à remettre à la mairie. Ou bien vous complèterez cette fiche avec lui, il pourra ainsi vous donner des conseils pour mieux cohabiter avec ces migrateurs.

Le bilan de cette enquête sera l’occasion de se réunir autour d’une projection-débat.

Destruction des insectes nuisibles

Pour faire détruire chez vous des nids de guêpes ou de frelons, vous pouvez prendre contact avec la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON) de la Vienne (Contact : Mr Arnaud HUGAULT au 06 79 73 80 58)

L’adhésion de la commune à cet organisme permet de vous faire bénéficier du tarif suivant : 97€ TTC (déplacement et destruction pour l’année 2021).

Une facture sera établie à votre nom, sur présentation de celle-ci, la mairie de Quinçay vous en remboursera la moitié.

Faut-il nourrir les oiseaux en hiver ?

L’hiver est la saison la plus meurtrière pour les oiseaux qui dépensent beaucoup d’énergie à trouver une nourriture de plus en plus rare ou inaccessible.

Il est recommandé par la LPO de nourrir les oiseaux uniquement en hiver (de novembre à fin mars), surtout en période de froid prolongé où l’accès à la nourriture peut être limité (gel, neige). C’est aussi l’occasion de pouvoir les observer de près…

Lire la suite

Une figure emblématique de notre village

Pour cette rubrique consacrée à une personnalité marquante de notre commune, nous avons choisi pour ce premier portrait de rencontrer Mme Janine Chaleroux, dite Mamie Chaleroux.

En effet, c’est une figure emblématique à Quinçay, toujours très présente dans le domaine culturel et parmi les ainés de notre village. Elle a accepté de nous en dire plus sur elle, son vécu et sa bonne connaissance de l’histoire de notre commune : nous allons vivre une intéressante remontée dans le temps pour notre village…

Lire la suite

Prudence – Démarchage à domicile

Vigilance démarchage à domicile
Si vous êtes démarché(e) à votre domicile par une société vous proposant la vente de services, de matériel ou la réalisation d’études, sachez que la commune ne mandate aucun prestataire privé pour ce genre de prestation. C’est pourquoi la municipalité souhaite vous informer et vous conseille de rester particulièrement vigilant. Si le cas se présente, merci d’en informer la mairie en précisant la raison sociale de la société qui vous a démarché.

N’hésitez pas à vérifier l’identité de votre interlocuteur en demandant la carte professionnelle.

Pour toute demande de renseignement, la gendarmerie de Vouillé est à votre service et peut intervenir auprès de vous en cas de besoin.

Gendarmerie de Vouillé : 05 49 51 81 23

Accueil de la mairie : 05 49 60 42 16